A l’échelle du pays - Un rapport scientifique souligne l’urgence de protéger l’habitat boréal critiq

  • Date de publication: 04 09 2009 |

Ottawa, le 9 avril 2009 – La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) se réjouit de la publication tant attendue d’un rapport conçu par des scientifiques et à la demande d’Environnement Canada, document qui souligne l’importance de protéger de grandes régions de la forêt boréale, habitat du caribou forestier dont la survie est menacée partout au pays. « Le rapport s’agit de l’examen scientifique le plus approfondi jamais effectué sur le statut de cette espèce classée comme étant en voie de disparition au niveau national », affirme Patrick Nadeau, coordonnateur foresterie et conservation de la SNAP au Québec. « Le caribou forestier est un des animaux les plus précieux au pays, et ce rapport montre clairement que l’état de la situation est alarmant », poursuit-il. Ce triste constat est dû à la destruction continue de l’habitat du caribou par le développement industriel et la construction de routes. « La SNAP exige une interruption immédiate des coupes forestières et de toute nouvelle activité de développement dans l’habitat critique du caribou », ajoute-t-il. «Nous devons nous attaquer au problème de la perte d’habitat et ce, au moment où nous travaillons à la prochaine étape de la protection de son territoire, qui consiste à mettre des mesures en place pour la survie à long terme de l’espèce. Le caribou ne peut pas attendre, il est de notre responsabilité de passer immédiatement à l’action. » Le Canada doit protéger au moins la moitié de la forêt boréale pour assurer la survie du caribou Selon Patrick Nadeau, le rapport confirme la position de la SNAP ainsi que celle d’un nombre croissant d’autres organismes environnementaux, de provinces, de Premières Nations, d’entreprises et de scientifiques : « La science démontre que nous devons protéger au moins la moitié de la forêt boréale riche en réservoirs et puits de carbone si nous désirons assurer la survie du caribou et ralentir l’évolution des changements climatiques. » La Société pour la nature et les parcs du Canada peut témoigner du profond souci des citoyens quant à l’avenir du caribou forestier. L’an dernier, la SNAP a lancé une campagne nationale, « Le caribou et vous » (www.lecaribouetvous.ca), pour protéger l’habitat de cet emblème national. Depuis le lancement, plus de 10 000 personnes ont signé la pétition demandant au gouvernement fédéral d’agir en vertu de la Loi sur les espèces en péril pour soutenir la conservation de l’habitat forestier du caribou. Le caribou, indicateur de la santé de la forêt boréale Le caribou forestier, une espèce baromètre de la santé de la forêt boréale, a perdu au moins la moitié de son aire de distribution initiale dans l’ensemble du pays. Il est complètement disparu des provinces maritimes et de l’est des États-Unis. Jusqu’à maintenant, les efforts investis pour protéger le caribou ont été vains. La SNAP espère que ce nouveau rapport incitera les différentes parties impliquées dans sa protection à agir plus rapidement en conformité avec la Loi sur les espèces en péril du Canada pour élaborer des plans de protection appropriés. « Il est temps que tous les gouvernements augmentent considérablement leurs gestes pour protéger les espèces menacées et en voie de disparition, de même que leurs habitats. Il faut donc diffuser le programme national provisoire de rétablissement du caribou forestier, accélérer la mise sur pied d’un plan d’action pour cette espèce et consulter les communautés autochtones », ajoute Patrick Nadeau, coordonnateur foresterie et conservation SNAP Québec. . Le rapport signale que si le gouvernement fédéral n’adopte pas une nouvelle approche pour protéger l’habitat du caribou, cette espèce sera disparue avant la fin du siècle. Il admet qu’une interruption de l’exploitation forestière et de toute nouvelle activité de développement génèrera de l’inquiétude dans les communautés qui dépendent de la foresterie et d’autres industries extractives. Il croit toutefois qu’un arrêt des coupes forestières, par exemple, donnerait une occasion à cette industrie, qui connaît aujourd’hui de grandes difficultés, de devenir un chef de file sur la scène internationale en adoptant une approche plus durable et responsable, notamment par la planification d‘activités saines pour le caribou et en protégeant la nature sauvage canadienne, un joyau reconnu mondialement. De plus, la SNAP demande au ministre Prentice de procéder rapidement à une période de consultations auprès des communautés autochtones, consultations attendues depuis longtemps, sur le programme de rétablissement du caribou forestier. Leur savoir traditionnel sur cette espèce est crucial pour la protection de cet emblème national. -30- Pour information: Sophie Paradis Coordonnatrice aux communications SNAP Québec 514 603-7627