Caribou Forestier : De retour sur le radar du gouvernement?


Montréal, le 5 avril 2016 : La Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) accueille favorablement le renouvellement du discours du gouvernement du Québec en regard de la protection du caribou forestier. Un plan d’action sommaire contenant plusieurs annonces d’intention pour améliorer le sort de cette espèce en péril a été présenté ce matin par trois ministres du gouvernement québécois. Le plan d’action apparait être une réponse sur mesure aux enjeux qui ont été au cœur des exigences de certification du Forest Stewardship Council (FSC). En effet, le plan propose des mesures liées  à l’intégration des préoccupations des communautés autochtones et à la protection du caribou forestier et des paysages forestiers intacts. Le plan est certes riche en intentions, mais pauvre en détails et plusieurs questions subsistent sur ces éléments forts complexes.

Protection des forêts intactes
La SNAP souligne l’intention du gouvernement de respecter les recommandations émises par le comité scientifique responsable du tracé de la « limite nordique des forêts attribuables », au delà de laquelle aucune exploitation forestière n’est permise. Le gouvernement mentionne également que 90% des forêts intactes au Québec seront protégées. Cependant, cette annonce a le potentiel d’induire le public en erreur. En effet, les forêts intactes au nord de la « limite nordique » ne sont pas protégées des autres usages industriels possibles sur ce territoire, comme le développement minier, énergétique et les infrastructures reliées. Dans le contexte du Plan Nord, le développement industriel dans cette région est appelé à augmenter, ce qui aura des impacts sur l’intégrité écologique du territoire. La « limite nordique » n’est pas une mesure de protection, mais bien une limite au-delà de laquelle l’exploitation durable des forêts est scientifiquement intenable.

De nouvelles aires protégées?
Bien qu’aucune mesure de protection concrète n’ait été annoncée, le gouvernement a fermement annoncé son intention de protéger le secteur des Montagnes Blanches, un secteur prioritaire pour l’établissement d’une grande aire protégée pour le caribou forestier. Cependant, le gouvernement a refusé de se prononcer sur la taille de cette aire protégée, malgré son engagement à créer une ou deux grandes aires protégées d’au moins 10,000 km2 pour 2015. Par ailleurs, considérant que le bureau parlementaire a révélé que des coupes forestières sont prévues dans ce secteur, la SNAP Québec demande qu’une protection administrative soit mise en place d’ici à la création de l’aire protégée pour éviter toute perturbation additionnelle dans ce secteur.

D’autre part, la SNAP Québec est déçue du manque d’écoute du gouvernement par rapport aux demandes de la communauté crie de Waswanipi, qui cherche à protéger ses dernières forêts intactes dans le secteur de la rivière Broadback. Trois populations de caribou fréquentent ce territoire et sont toutes considérées en déclin selon les plus récentes données scientifiques.

La SNAP Québec est par ailleurs heureuse de constater que les propositions suggérées lors de la publication de notre « plateforme forêt » élaborée conjointement avec d’autres groupes environnementaux en mars 2015 ont été considérées. Ces mesures, mentionnées dans le volet 2 du plan d’action du gouvernement, permettront de mitiger les impacts des mesures de protection du caribou sur les emplois forestiers. La SNAP demeure à la disposition du gouvernement et des intervenants concernés pour la concrétisation de solutions durables pour la foresterie québécoise et la protection de nos forêts et des espèces qu’elle abrite.

- 30 -

Informations :
Mélissa Vaitilingame
Responsable des communications — SNAP Québec
514 278-7627 # 221, 514 708-3085
melissav@snapqc.org