Caribous de Val-d’Or : Une décision improvisée


Montréal, le 24 avril 2017 – La Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) demande au gouvernement du Québec de revenir sur sa décision de transférer les caribous forestiers de Val-d’Or au zoo sauvage de Saint-Félicien. La SNAP Québec réitère la nécessité de protéger l’habitat du caribou forestier au Québec par des gestes de conservation concrets qui tiennent compte des impacts socio-économiques, et considère que les ressources disponibles devraient être utilisées dans cette perspective.

La SNAP Québec dénonce notamment l’absence de consultation à l’égard des peuples autochtones dans cette décision, mais aussi à l’égard des scientifiques et des citoyens ayant travaillé au rétablissement de cette population de caribou. « Il est incroyable qu’en 2017 le gouvernement puisse prendre une décision aussi majeure que le transfert d’une population complète de caribou sans consulter les peuples autochtones qui vivent sur le territoire depuis des siècles », rappelle Alain Branchaud, directeur de la SNAP Québec.

La transparence est de mise
La SNAP Québec demande également au Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) – qui  assure que cette « décision est donc basée sur des faits objectifs et sur ce que nous dit la science » – de rendre publics les fondements scientifiques de cette décision.

Cette demande s’inscrit dans la perspective de la poursuite intentée par la SNAP contre le gouvernement fédéral la semaine dernière. Rappelons que cette poursuite vise à assurer une transparence maximale dans les mesures prises pour protéger l’habitat d’espèces en péril en vertu de l’article 63 de la Loi sur les espèces en péril.

« La décision concernant les caribous de Val-d’Or démontre qu’il est urgent que le Québec se dote d’une stratégie complète et crédible pour rétablir le caribou forestier dans la province, martèle Alain Branchaud. Il faut cesser une approche à la pièce et improvisée et plutôt agir de manière proactive, sinon on va se retrouver comme société dans d’autres situations similaires à celle de Val-d’Or. »

Une question de vision
La SNAP demande également au gouvernement du Québec de revenir sur sa décision pour éviter un gaspillage de ressources potentiel. « En transférant les caribous de Val-d’Or, le gouvernement avance une vision de conservation des individus alors qu’on devrait plutôt conserver les populations de caribou dans leur habitat, avec leur habitat, soutient Marco Festa-Bianchet, professeur titulaire au Département de biologie de l’Université Sherbrooke et conseiller scientifique spécial à la SNAP Québec. Il est essentiel de mettre les bonnes ressources au bon endroit. »

Les ressources devraient donc être utilisées pour soutenir les efforts de conservation d’autres populations avant qu’il ne soit trop tard, par exemple la population voisine de celle de Val-d’Or – la population Détour – qui se trouve de part et d’autre de la frontière Québec-Ontario.

La SNAP Québec rappelle également au gouvernement que plusieurs engagements de son plan d’action sont toujours attendus, notamment l’annonce d’une grande aire protégée dans le secteur des Montagnes Blanches et la finalisation du réseau d'aires protégées dans le secteur de la rivière Broadback.

                                                                                      – 30 –

Contact:
Pier-Olivier Boudreault
Chargé de projet en foresterie et conservation – SNAP Québec
514-278-7627 #225
poboudreault@snapqc.org