Communiqué du gouvernement de la Nation crie, en direct du Congrès Mondial des Parcs


Les Cries partagent la vision de gestion responsable et de la conservation des terres au Congrès mondial des parcs à Sydney, en Australie

Sydney, Australie, 14 novembre 2014 – Rodney Mark, grand chef adjoint de la Nation crie, a présenté aujourd’hui la vision de son gouvernement concernant la gestion responsable et la conservation des terres d’Eeyou Istchee (le territoire traditionnel des Cries dans le nord du Québec) devant un auditoire mondial à l’occasion du Congrès mondial des parcs de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Se tenant à tous les 10 ans, le Congrès mondial des parcs réunit plus de 5000 experts de la conservation issus des gouvernements, de l’industrie, des ONG et des peuples autochtones. Le gouvernement de la Nation crie est membre de l’UICN et est activement engagé à mettre en œuvre des solutions de conservation de la nature. Le thème du congrès de cette année — Parcs, peuples, planète – des solutions inspirantes — a été retenu comme un moyen de motiver les quelques 200 pays signataires des Objectifs d’Aichi 2010 pour la biodiversité. Dans le cadre de la Convention des Nations-Unies sur la diversité biologique, ces objectifs font appel à de nouvelles actions d’envergure afin de préserver la biodiversité globale. Dans l’esprit de cette thématique, le grand chef adjoint Mark, avec l’appui de Patrick Nadeau de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), a présenté la Stratégie de conservation du gouvernement de la Nation crie.

La Stratégie de conservation du gouvernement de la Nation crie se concentre sur le maintien des terres et des mers du territoire d’Eeyou Istchee dans un état qui permette aux Cris de poursuivre leur mode de vie et de subsistance tout en embrassant la modernité. Cette gestion responsable sera accomplie en combinant les pratiques traditionnelles cries de gestion des terre et les outils modernes de conservation tels que les zones protégées, les parcs et zonage de la conservation.

Depuis des siècles, les Cris mènent une vie semi-nomade sur le territoire auquel ils sont attachés en vertu de rapports familiaux avec l’espace. De cette façon, les Cris ont été en mesure de gérer et de préserver les ressources alimentaires limitées qui se trouvent dans le paysage boréal inhospitalier. Au cours du siècle dernier, cette approche traditionnelle a évolué en un système de gestion du territoire caractérisé par des territoires de chasse familiaux, aussi connu sous le nom de territoires de piégeage. Ces territoires de chasse familiaux ainsi que les valeurs culturelles qui les sous-tendent ont depuis lors été reconnus dans un traité formel — la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (1975) — avec le Canada et la province de Québec.

Tout en misant sur leur droit à un territoire avec l’intégralité du respect de leurs territoires de chasse familiaux traditionnels, les Cris continuent de préconiser une approche équilibrée du développement du territoire d’Eeyou Istchee. Le grand chef adjoint, Rodney Mark, a déclaré notamment : 

« Les Cris considèrent le développement des ressources de leurs terres à la lumière d’une question fondamentale : le projet ajoute-t-il de la valeur à la Nation crie sans compromettre nos droits fondamentaux et nos traditions? Si oui, alors nous procédons à une vérification et nous travaillons dans une perspective de partenariat constructif. Si non, nous nous mobilisons. »

Forts de la place qui leur est reconnue dans le contexte global et de leur rôle émergent dans la gouvernance, les Cris assument maintenant un rôle actif dans la planification de la conservation en ce qui a trait à leur territoire. Des projets comme le Plan de conservation de la ligne du partage des eaux du bassin versant de la rivière Broadback, l’Aire protégée du lac Waswanipi, le projet de parc marin Tawich, le Parc patrimonial cri d’Assinica et le Parc Albanel-Témiscamie-Otish ne représentent qu’un échantillon d’un nombre croissant de projets destinés à la fois à protéger les valeurs fondamentales traditionnelles des Cris tout en contribuant au patrimoine du Québec.

Le directeur de la SNAP Québec Patrick Nadeau, qui accompagnait le grand chef adjoint pour sa présentation, a fait remarquer que :

« Les organismes de conservation comme la SNAP partagent des objectifs similaires avec les peuples autochtones pour ce qui est de la préservation de leurs territoires. Nous voulions partager notre expérience de travail avec les Cris  ici au Congrès mondial des parcs parce que nous croyons que ces partenariats offrent la meilleure occasion de faire des gains significatifs dans le nombre de territoires qui sont protégés, non seulement au Québec mais à l’échelle mondiale. »

Avec la récente remise en activité du Plan Nord du Québec, le gouvernement de la Nation crie croit que la participation au plus important rassemblement tenu à ce jour des experts en conservation représente une occasion idéale de promouvoir sa Stratégie de conservation. À ce sujet, le grand chef adjoint Rodney Mark a déclaré :

« Nous accueillons favorablement la réaffirmation par le gouvernement du Québec de son engagement à protéger 50 % du territoire du Plan Nord de tout développement industriel.  Nous invitons le Québec à faire la preuve de son engagement en adoptant des mesures immédiates pour désigner les aires protégées proposées dans le Plan de conservation du bassin versant de la rivière Broadback. »

Pour plus d’information sur la Stratégie de conservation du gouvernement de la Nation crie et le Plan de conservation du bassin versant de la rivière Broadback, prière de visiter le site : http://www.eeyouconservation.com/cree-regional-conservation-strategy.html

 

Personnes ressources :

En Australie
Grand chef adjoint Rodney Mark, gouvernement de la Nation crie
1-819-978-7725

Patrick Nadeau, directeur général de la section Québec de la Société pour la nature et les parcs et  du Canada (SNAP Québec)
Cellulaire (Australie) : 011 61 4 5107 3894     Bureau de Montréal : 1-514-278-7627 #221

Au Québec
Chantal Tétreault, coordonnatrice des aires protégées, gouvernement de la Nation crie
1-514-861-5837