Étude comparative de la rivière Magpie et des grandes rivières d’eau vive d’Amérique :


Une première pour le Québec !

Québec, le 25 juillet 2013 – Après plusieurs mois de travail, la Société pour la Nature et les Parcs (SNAP Québec), l’Association Eaux-Vives Minganie (AEVM) et le Laboratoire d'expertise et de recherche en plein air (LERPA) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), sont fiers de rendre publique aujourd’hui la première étude qui quantifie précisément le potentiel mondial de la rivière Magpie pour les activités en eau vive.

La rivière Magpie, un joyau à l’état brut

Située sur la Côte-Nord au Québec, la rivière Magpie est un véritable joyau naturel, notamment pour les amateurs d’eau vive. Sa réputation en la matière a fait le tour du monde : la Magpie se retrouve sur des palmarès où figurent des rivières aussi réputées que la rivière Colorado aux États-Unis, la Zambezi en Zambie ou la Yangtze en Chine ! Le célèbre magazine National Geographic a classé la Magpie deuxième parmi les 10 meilleures rivières au monde pour la pratique du rafting en eau vive. Mais la rivière Magpie n’attire pas que les adeptes de nature et de rapides, elle est aussi convoitée pour son potentiel hydroélectrique.

Le principe de l’étude

L’étude réalisée par le LERPA est une « Caractérisation comparée des grandes rivières d’eau vive d’Amérique et de la rivière Magpie pour leur potentiel de pratique des activités d’eau vive » : une multitude de critères comme le pourcentage de pente, la longueur, l’indice de difficulté, etc., ont été utilisés pour comparer les caractéristiques de la rivière Magpie  à ceux de cours d’eau massivement mis en valeur pour les activités en eau vive: la Nahanni, la Middle Fork-Salmon, la Colorado,…

Des résultats spectaculaires…

«  La densité, la quantité et le calibre des rapides de la rivière Magpie la placent au premier rang des prestigieuses rivières décrites dans le rapport », explique Lorie Ouellet, professeure et chercheure au LERPA et principale auteure de l’étude. « En se fiant aux données et analyses de la présente étude, la rivière Magpie pourrait très bien se mériter le titre de rivière d’expédition commerciale la plus sportive en Amérique du Nord ».

Yann Troutet, de l’AEVM, parle d’expérience : « On peut, sans craindre de se tromper, affirmer que la rivière Magpie est, de toutes les rivières québécoises, la rivière la plus sportive que l’on puisse descendre sur une aussi longue distance, dans un cadre aussi sauvage et avec un accès aussi aisé ».

… et un triste constat

Une seule ombre au tableau comparatif : de toutes les prestigieuses rivières d’expédition soumises à l’étude, la rivière Magpie est la seule qui ne jouit pas d’un statut de protection lui assurant un développement, une mise en valeur de même que la pérennisation de son potentiel d’eau vive au bénéfice des générations à venir.
«  Alors que les élus de la Côte-Nord et sa population sont à planifier leur développement territorial, il est d’actualité de songer à la préservation de ces territoires aux particularités exceptionnelles, qui peuvent contribuer à pérenniser l’économie régionale », soutient Guillaume Peterson St-Laurent, chargé de projet en conservation pour la SNAP Québec. « Il est impensable de condamner la Magpie à un nouveau développement hydroélectrique: vous imaginez de nouveaux barrages sur la rivière Colorado, dans le Grand Canyon?! »
Pour répondre à ces enjeux cruciaux et obtenir la protection de la Magpie, la SNAP Québec a lancé une pétition accessible à l’adresse www.sauvonslamagpie.org. Déjà plus de 5000 personnes ont demandé au gouvernement de protéger pour toujours ce joyau naturel.

L’étude complète est disponible au www.etudemagpie.org.


– 30 –

La SNAP est un organisme à but non lucratif fondé en 1963 par des citoyens qui avaient à cœur la sauvegarde des espaces naturels. Elle compte 13 sections régionales à travers le pays, dont la section québécoise qui a vu le jour en 2001. La SNAP Québec a pour mission la protection du patrimoine naturel en favorisant la création d’aires protégées ainsi que l'amélioration de la gestion de celles déjà existantes. Les actions de la SNAP parlent d’elles-mêmes puisqu’elles ont déjà contribué à la protection de plus de 450 000 kilomètres carrés du patrimoine naturel canadien.

L’AEVM, un organisme à but non lucratif de la Minganie, est composée de passionnés de nature qui ont à cœur le développement équilibré du territoire. Sa mission est de faire connaître et aimer les lacs et rivières de la Minganie. L’AEVM entreprend notamment des actions pour faire reconnaître le plein potentiel de la rivière Magpie.

Le LERPA mène depuis plus de dix ans déjà des activités de recherche dans les divers domaines associés au plein air et au tourisme d'aventure. Il se donne aussi comme mandat de diffuser son expertise dans la collectivité. Plus concrètement, le LERPA contribue par la diffusion de ses réalisations à une pratique plus éclairée et plus sécuritaire des activités de plein air au Québec.


Informations :

Guillaume Peterson St-Laurent
Chargé de projet en conservation – SNAP Québec
(514) 278-7627

Lorie Ouellet
Professeure, chercheure – LERPA, Université du Québec à Chicoutimi
(418) 540-6730

Yann Troutet
Porte-parole – Association Eaux-Vives Minganie
(418) 538-5135

Mathieu Bourdon
Porte-parole – Association Eaux-Vives Minganie
(418) 949-2707