Le Québec a plusieurs opportunités pour protéger le caribou forestier,  mais tarde à agir


Montréal, 14 décembre 2015 – La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) dévoile aujourd’hui son évaluation annuelle des progrès des gouvernements pour la protection du caribou forestier au Canada. Au Québec, on constate que les mesures prises par le gouvernement avancent à un rythme beaucoup trop lent pour assurer le rétablissement de cette espèce en péril et que des actions sont requises à court terme.

L’un des progrès notés cette année constitue l’annonce en juillet d’aires protégées couvrant environ 5000 km2 dans le secteur de la rivière Broadback, près de la Baie James. La protection de ce secteur demeure toutefois incomplète en regard des exigences biologiques du caribou forestier, comme c’est le cas dans plusieurs autres zones cruciales à son rétablissement.

Les Montagnes Blanches : un secteur clé pour le caribou
Plusieurs opportunités s’offrent au gouvernement du Québec pour qu’il contribue significativement au rétablissement du caribou forestier sur son territoire. Conformément aux mesures proposées dans le Plan de rétablissement du caribou forestier au Québec, le gouvernement pourrait créer une grande aire protégée dans le secteur des Montagnes Blanches.

« Il s’agit là d’un secteur prioritaire pour la protection du caribou forestier, qui se trouve entre les régions du Saguenay-Lac-St-Jean et de la Côte-Nord, souligne Alain Branchaud, directeur général de la SNAP Québec. Rappelons que dès 2006 près de 200,000 personnes et 30 organisations demandaient sa protection lors de la campagne ‘‘On dort comme une bûche!’’ ».

Afin d’éviter l’irréparable, la SNAP Québec réclame donc une action rapide menant à la création d’une aire protégée d’au moins 10,000 km2 dans le secteur des Montagnes Blanches, basée sur meilleur habitat disponible et les zones utilisées par le caribou.

Afin de contrer le déclin du caribou forestier, le gouvernement du Québec doit s’assurer qu’il y ait une collaboration efficace entre les différents ministères responsables de la gestion du territoire et aligner une série d’actions cohérentes et tangibles pour protéger son habitat.


Le rôle du gouvernement fédéral
À l’échelle canadienne, le rapport de la SNAP note également que le Manitoba et la Saskatchewan se sont engagés cette année à prendre les mesures nécessaires pour assurer une probabilité de survie des populations de caribou supérieure à 60%. Il s’agit là du seuil plancher encadrant les cibles de protection d’habitat du Programme de rétablissement du gouvernement fédéral.

« Plusieurs mécanismes de la Loi sur les espèces en péril du Canada peuvent être mis à contribution et agir comme des catalyseurs du rétablissement de l’espèce, affirme M. Branchaud. Les deux paliers de gouvernement auraient avantage à initier un dialogue constructif permettant une utilisation stratégique des outils dont ils disposent pour rétablir l’espèce », conclut-il.

Consultez le rapport en français en cliquant ici.

– 30 –

Demandes d’interviews :
Mélissa Vaitilingame
Responsable des communications – SNAP Québec
514.278.7627 poste 221
melissav@snapqc.org
--

La SNAP est un organisme à but non lucratif fondé en 1963 par des citoyens qui avaient à cœur la sauvegarde des espaces naturels. Elle compte 13 sections régionales à travers le pays, dont sa section québécoise qui a vu le jour en 2001. La SNAP Québec a pour mission la protection du patrimoine naturel en favorisant la création d’aires protégées ainsi que l'amélioration de la gestion de celles existantes. Nos actions parlent d’elles-mêmes puisque nous avons déjà contribué à la protection de plus de 450 000 kilomètres carrés du patrimoine naturel canadien. Pour plus d’information, visitez le www.snapqc.org.