Les entreprises forestières doivent appuyer les aires protégées


Montréal, le 30 Janvier 2014 – La SNAP somme Produits Forestiers Résolu et Arbec de clarifier leur position par rapport au moratoire sur les aires protégées demandé par M. Gilles Potvin, maire de Saint-Félicien. Ce moratoire de 10 ans, réclamé cette semaine, est appuyé par les autres maires des MRC Maria-Chapdelaine et Domaine-du-Roy, ainsi que par le député de Roberval Denis Trottier.

Les deux entreprises détiennent des certificats FSC sur des territoires forestiers de la région, et doivent répondre à certaines normes environnementales pour les maintenir.

Selon la SNAP, la demande de moratoire est incompatible avec les critères 6.2 et 6.4 des normes de la certification FSC (boréale). En effet, ces critères exigent respectivement la protection des espèces menacées, comme le caribou forestier (6.2) et un réseau d’aires protégées représentatif des écosystèmes (6.4).

D’autre part, les entreprises forestières ont un rôle majeur à jouer dans le maintien de leur certification. Le critère 6.4.7 est clair : « Le requérant [l’entreprise] intervient dans sa sphère d’influence pour que les aires en voie d’être protégées deviennent de véritables aires protégées le plus rapidement possible. »

C’est pourquoi la SNAP demande à Produits Forestiers Résolu et à Arbec de se prononcer sur la question du moratoire sur les aires protégées, et d’user de leur sphère d’influence à l’échelle régionale pour promouvoir la création d’aires protégées au Saguenay-Lac-St-Jean.

La SNAP a signalé cette demande aux auditeurs FSC responsables de la vérification annuelle de la certification.

– 30 –

Contact de presse :
Murielle Renard
Responsable des communications – SNAP Québec
514.278.7627 poste 221
mrenard@snapqc.org