L’habitat essentiel du béluga et de la baleine noire enfin protégé !


À l’approche de Noël, un véritable présent pour le futur de ces espèces en péril

Montréal, le 13 décembre 2017 – Pêches et Océans Canada a publié aujourd’hui deux arrêtés ministériels afin d’activer les mesures de protection visant respectivement l’habitat essentiel du béluga du Saint-Laurent et celui de la baleine noire de l’Atlantique Nord. La Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) se réjouit de cette importante décision qui favorisera la survie et le rétablissement de ces espèces. La SNAP Québec avait insisté plus tôt cet été pour que les dispositions de la Loi sur les espèces en péril visant l’habitat essentiel de ces deux espèces soient rapidement activées après plusieurs années de retard.

« Il s’agit d’une décision historique pour le rétablissement du béluga du Saint-Laurent » souligne Alain Branchaud, biologiste et directeur général à la SNAP Québec. « La prochaine étape cruciale pour la survie et le rétablissement de la baleine noire au Québec et du béluga du Saint-Laurent est la concrétisation des trois grands projets d’aires marines protégées, actuellement identifiés, comme mesure complémentaire à la protection de l’habitat essentiel». L’entente-cadre Canada-Québec sur les aires marines protégées devrait ainsi permettre d’accélérer le processus menant à la création d’aires marines protégées dans l’Estuaire du Saint-Laurent, au Banc des Américains (Gaspésie) et aux Iles-de-la-Madeleine.

Rétablissement du béluga du Saint-Laurent
Lors des consultations sur les mesures de protection de l’habitat essentiel, le gouvernement du Québec a signifié qu’il était en faveur de l’arrêté en plus de souligner la nécessité d’une harmonisation des efforts de rétablissement du béluga et d’une meilleure collaboration entre ses ministères et Pêches et Océans Canada. La SNAP Québec se réjouit de cette intention de collaboration entre les deux paliers de gouvernement, un ingrédient essentiel pour les prochaines actions à poser :

  • L’établissement d’une aire marine protégée dans l’Estuaire du Saint-Laurent afin de renforcer la résilience des espèces et des écosystèmes et d’assurer la présence de refuges acoustiques pour le béluga à l’extérieur des limites de l’habitat essentiel;
     
  • La promotion de la conformité de la Loi, notamment le respect des mesures de protection de l’habitat essentiel nouvellement adoptées et des interdictions générales visant le dérangement des bélugas. Les différentes parties intéressées doivent en effet prendre acte d’une nouvelle réalité légale et développer tout futur projet en conséquence.

« Avec l'entrée en vigueur de ces nouvelles mesures de protection, la planification et la réalisation de tout futur projet dans l’habitat essentiel du béluga ne pourra porter atteinte à la survie ou au rétablissement du béluga, affirme Alice de Swarte, coordonnatrice en conservation et analyse politique à la SNAP Québec. La SNAP Québec interpelle le gouvernement du Québec et les promoteurs sur cette nouvelle réalité et les invite à apporter tous les ajustements nécessaires, notamment dans le cadre de la Stratégie maritime ».

Rétablissement de la baleine noire de l’Atlantique Nord au Québec
Les mesures annoncées aujourd’hui ne concernent pas la portion québécoise fréquentée par la baleine noire puisque l’habitat essentiel n’y est pas officiellement désigné. Elles représentent cependant un pas dans la bonne direction pour le rétablissement de l’espèce. Des recherches scientifiques sont nécessaires pour mieux comprendre l’évolution de l’utilisation du Golfe Saint-Laurent par la baleine noire afin de mieux cibler les actions. Afin de poursuivre les efforts de rétablissements de la baleine noire, fortement éprouvée cette année avec 17 mortalités dans les eaux du golfe, nous enjoignons les deux paliers de gouvernements à consolider leur collaboration dans le dossier des aires marines protégées :

  •  Accélérer le processus de création des aires marines protégées du Banc des Américains et des Iles-de-de-la-Madeleine;
  • Poursuivre le processus de désignation de l’habitat essentiel, notamment dans le Golfe du Saint-Laurent, dans une mise à jour du programme de rétablissement de l’espèce ou la publication d’un plan d’action;
  • Renforcer la règlementation des refuges marins annoncée cette année afin d’éliminer dans ces zones toute activité susceptible de nuire à la survie de la baleine noire;
  • Comme dans le cas du béluga, faire la promotion active de la conformité de la Loi.

« La planification du réseau d’aires marines protégées à l’échelle du golfe – un travail que le gouvernement fédéral a initié depuis deux ans mais qui tarde à se concrétiser – permettrait d’atteindre l’objectif de protection de 10% de nos zones marines au Canada tout en améliorant la prévisibilité et la durabilité pour l’industrie des pêches », conclut Alain Branchaud.

                                                                              – 30 –
 
Informations :
Charlène Daubenfeld
Responsable des communications
SNAP Québec
514-378-3880
cdaubenfeld@snapqc.org 
www.snapqc.og