Ottawa met au rancart un projet d’aire marine protégée dans le St-Laurent


Montréal, le 25 juillet 2014 - C'est avec déception et incompréhension que la SNAP Québec constate l'abandon du projet de Zone de protection marine (ZPM) de l'Estuaire du Saint-Laurent. Pêches et Océans Canada, porteur de ce projet depuis plus de quinze ans, vient en effet d'en retirer toute référence de son site web.

Une protection nécessaire
Le projet de ZPM, qui aurait protégé environ 6000 km2 de l'Estuaire du Saint-Laurent, représentait « une initiative majeure afin de rehausser la protection des mammifères marins sur ce territoire », selon les dires mêmes de Pêches et Océans dans sa documentation en appui au projet. Ce ministère relevait par ailleurs « l'insuffisance des mesures de protection, des efforts et des effectifs pour les protéger adéquatement. »

Un lien avec le projet de TransCanada à Cacouna?
Le projet de ZPM englobait le secteur de Cacouna, où l'entreprise TransCanada souhaite construire un port pétrolier dans le cadre de son projet Énergie Est. Drôle de coïncidence selon Patrick Nadeau, directeur général de la SNAP Québec, qui écrivait à la ministre Shea le mois dernier pour lui demander de se prononcer quant à l'avenir du projet de ZPM. « Nous aurions aimé entendre la ministre confirmer l'importance de ce projet, défendu par son propre ministère depuis des années. Au lieu de ça, Pêches et Océans modifie son site web en catimini pour enlever toute référence à la zone de protection marine! », déplore M. Nadeau.

Des conséquences nationales
L'abandon du projet de ZPM de l'Estuaire, l'un des quelques projets d'aires marines protégées au pays, survient malgré l'adhésion du Canada aux objectifs internationaux de Nagoya, qui prévoient la protection de 10 % des milieux marins d'ici 2020. Un récent rapport de la SNAP illustrait d'ailleurs le retard du Canada en la matière : avec seulement 1,3 % de son patrimoine océanique protégé, le pays figure parmi les pires joueurs de la planète, derrière la Chine et la Russie.  

Aux gouvernements d'agir
La SNAP Québec demande au gouvernement fédéral de revenir sur sa décision et de créer rapidement la ZPM de l'Estuaire. « Pour nous, la priorité absolue est de protéger ce milieu marin exceptionnel. Si le gouvernement fédéral se défile ainsi de ses responsabilités, alors le Québec doit intervenir pour y créer une aire marine protégée avec les outils dont il dispose ».


- 30 -

Demandes d'entrevues FR/EN :

Patrick Nadeau, directeur général
SNAP Québec
(514) 278-7627 x 226