Québec doit adopter des alternatives à la coupe à blanc

  • Date de publication: 02 28 2005 |

Toronto, 28 février 2005 – À la veille d’un congrès national sur la forêt qui se tiendra à Toronto, la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) demande aux compagnies forestières d’adopter des pratiques alternatives à la coupe à blanc telles que décrites dans un rapport rendu public aujourd’hui. La coupe à blanc est utilisée dans environ 90 % des activités de coupe forestière au Canada et même plus fréquemment dans la région boréale, qui abrite certaines des plus grandes forêts intactes du monde. « La coupe à blanc nuit à l’habitat faunique, à la qualité de l’eau et à la biodiversité. Nous avons produit ce rapport pour montrer aux compagnies forestières et aux gouvernements qu’il existe des solutions de rechange viables. Nous exhortons les compagnies et les gouvernements à mettre ces alternatives en place progressivement au cours des cinq prochaines années », déclare Chris Henschel de la SNAP, l’un des coauteurs du rapport. Parmi les solutions de gestion en forêt boréale préconisées dans le rapport: la protection de la repousse et des jeunes plants lors de la coupe, la coupe progressive du couvert forestier; et la coupe de jardinage, une pratique plus répandue dans les forêts du sud du Canada. De meilleures méthodes de coupes : Regard sur les alternatives à la coupe à blanc en forêt boréale, par Andrew Park, professeur de foresterie à l’Univestité de Winnipeg, et son équipe, présente la première évaluation systématique des approches alternatives à la coupe à blanc. Ces approches permettraient de conserver des éléments de première importance pour l’écologie des forêts, comme les arbres matures et la biodiversité. De plus, le rapport analyse l’aspect économique des changements proposés et conclut que, dans certains cas, les réductions de coûts seront immédiates pour l’industrie forestière. « Les coûts et les économies dépendront de la méthode alternative utilisée. Mais même dans les cas où il y a augmentation des coûts de production à court terme, la réaction du marché est susceptible de générer des gains à long terme, car la demande des consommateurs est vraisemblablement appelée à augmenter à l’égard de produits de bois et de papier écologiques, comme ceux qui sont certifiés par le Forest Stewardship Council », explique Chris Henschel. L’industrie forestière emploie près de 400 000 personnes au Canada et produit pour environ 40 milliards de dollars en biens chaque année. « Ce rapport propose des solutions réalisables en remplacement à la coupe à blanc et sera une éférence utile », ajoute Rick Groves, chef forestier à l’emploi de la compagnie Tembec Inc. La SNAP collabore avec Tembec et d’autres entreprises, les Premières Nations, divers organismes de conservation et l’Initiative Boréale Canadienne afin de promouvoir une vision commune de la conservation de la région boréale grâce à une approche équilibrée entre la protection de l’environnement et le développement durable. La SNAP travaille également en collaboration avec le Forest Stewardship Council, qui accrédite les compagnies répondant aux normes en matière de récoltes durables dans la région boréale. -30- Information : Chris Henschel, Directeur de la certification forestière, SNAP (416) 971-9453, poste 30, ou (416) 986-4147 (cell.) Document d’information et rapport intégral disponibles à http://www.cpaws.org/news/2005-02-28-clearcuttingFR.html Fichier attachéTaille CP SNAP 05-02-28 doptez alternatives coupe a blanc_fr.pdf39.06 Ko