Situation critique pour le caribou forestier au Québec


Montréal, 17 décembre 2013 – C’est aujourd’hui que la SNAP et la Fondation David Suzuki publient leur premier rapport annuel sur la situation du caribou forestier à l’échelle canadienne. Il en ressort clairement qu’il est urgent d’entreprendre des mesures de protection concrètes pour cette espèce.

Intitulé Populations menacées : comment le caribou s’en sort-il?, ce rapport évalue les avancées réalisées en un an, depuis la publication du Programme de rétablissement d’Environnement Canada. Le Québec s’est mérité une performance « faible », à l’instar de la majorité des autres provinces. Cependant, la possibilité d’amélioration demeure envisageable dans un futur rapproché.

Un manque de mise en œuvre

Au Québec, malgré l’acquisition importante d’outils et de connaissances durant les dernières années, la mise en œuvre accuse un retard important. Le rapport souligne « le fossé séparant les efforts déployés par l’équipe de rétablissement provinciale et les mesures des autorités gouvernementales ».

Il est maintenant reconnu que la perturbation de l’habitat influence la probabilité de survie du caribou. « La situation est alarmante », déclare Patrick Nadeau, directeur général de la SNAP Québec. « Au Québec, la plupart des populations de caribous forestiers ont déjà franchi le seuil critique de perturbation, ce qui remet en question leur viabilité à long terme. »

Dans certaines régions, l’absence de grandes aires protégées et de mesures d’aménagement forestier appropriées, contribuent à augmenter les taux de perturbation. On apprenait par exemple la semaine dernière que plusieurs certifications FSC seront suspendues au Lac-St-Jean, faute d’aménagements forestiers assurant le maintien du caribou dans cette région.

Un pas à franchir

« Tout n’est pas perdu », avance Patrick Nadeau. « Le Québec s’est doté d’un Plan de rétablissement et de Lignes directrices d’aménagement de l’habitat du caribou, qui sont d’excellents outils pour la protection du caribou… à condition d’être mis en œuvre !»

De plus, le gouvernement s’est engagé à créer une – et possiblement deux – grandes aires protégées de plus de 10 000 km2 pour le caribou forestier. « On ne peut plus se permettre d’attendre pour créer ces aires protégées, explique Patrick Nadeau. Il s’agit d’une première étape vitale pour le maintien des dernières hardes de caribou forestier au Québec. »

Des processus de détermination d’aires protégées potentielles sont également en cours à l’heure actuelle au Saguenay-Lac-St-Jean et sur la Côte-Nord.

- 30 -

Informations et entrevues :

Pier-Olivier Boudreault, biologiste

Chargé de projet en conservation et foresterie - SNAP Québec

Tél.: 514-278-7627 #225

Courriel: poboudreault@snapqc.org