Un pas important pour la conservation dans le Bas-Saint-Laurent


Montréal, le 18 juin 2013 - La Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) tient à saluer les décisions prises par la Conférence régionale des éluEs du Bas-Saint-Laurent (CRÉ) dans le cadre du processus d’identification d’aires protégées. Ce sont finalement les 7 territoires d’intérêt à l’étude que la CRÉ recommande de protéger. Les élus ont également recommandé des agrandissements dans des zones considérées très importantes par la SNAP Québec, notamment la rivière Patapédia et les monts Chic-Chocs.

Des citoyens derrières les élus

La SNAP se réjouit que la vague de mobilisation pour les aires protégées ait trouvé écho auprès de la CRÉ. « Les élus font ici un premier geste décisif en matière de conservation et d’aménagement forestier durable », soutient Guillaume Peterson St-Laurent, chargé de projets en conservation à la SNAP Québec. « Durant le processus de consultation entrepris par la CRÉ, des milliers de citoyens et plusieurs organismes, de concert avec la SNAP Québec, ont donné leur appui aux territoires proposés et ont même demandé aux élus d’en faire davantage en terme de conservation du territoire. » Citons notamment le Conseil régional de l’environnement du Bas- Saint-Laurent, la Chaire de recherche sur la forêt habitée et la Chaire de recherche du Canada en biodiversité nordique (tous deux de l’UQAR), Nature Québec, le comité citoyen pour l’établissement d’une aire protégée dans les monts Chic-Chocs, ainsi que plusieurs organismes de bassin versant.

Le scénario adopté par la CRÉ mènerait à la protection d’environ 7.4% du Bas-Saint-Laurent : c’est encore loin de la cible provinciale de 12% d’ici 2015. « Il reste encore plusieurs territoires d’une richesse naturelle exceptionnelle à protéger, autant en terres publiques que privées. Avec tous les appuis reçus, nous croyons que la CRÉ prendrait une action légitime aux yeux de la population en se fixant la cible régionale de 12% d’ici 2015 », explique M. Peterson St-Laurent.
La SNAP Québec recommande l’identification d’autres projets en milieu forestier, humide, ou côtier, dans le but d’assurer la continuité du processus d’amélioration du réseau d’aires protégées de la région.

Vers une protection rapide

Le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, M. Yves-François Blanchet, était de passage dans la région le 17 juin 2013 dernier pour faire l’inauguration du Parc National du lac Témiscouata. Tout en félicitant le ministre pour ce geste historique qui amènera des retombés significatives pour la région, la SNAP l’encourage à s’assurer que les territoires identifiés par la CRÉ obtiennent un statut permanent de protection dans les meilleurs délais. « L’expérience de la SNAP Québec en la matière nous a appris que ce qui n'est pas protégé le plus rapidement possible est malheureusement amené, sous l’incessante pression industrielle, à disparaître pour toujours », mentionne M. Peterson St-Laurent.

– 30 –

Informations :
Guillaume Peterson St-Laurent
Chargé de projet en conservation – SNAP Québec
(514) 278-7627 poste 225
gpeterson@snapqc.org


--
La SNAP est un organisme à but non lucratif fondé en 1963 par des citoyens qui avaient à coeur la sauvegarde des espaces naturels. Elle compte 13 sections régionales à travers le pays, dont sa section québécoise qui a vu le jour en 2001. La SNAP Québec a pour mission la protection du patrimoine naturel en favorisant la création d’aires protégées ainsi que l'amélioration de la gestion de celles existantes. Nos actions parlent d’elles-mêmes puisque nous avons déjà contribué à la protection de plus de 450 000 kilomètres carrés du patrimoine naturel canadien. Pour plus d’information, visitez le www.snapqc.org.