Géo Plein Air et la SNAP, ensemble pour les aires protégées

Partager

Pour faire avancer la cause de la conservation au Québec, rien ne vaut un public informé et sensibilisé : comment par exemple obtenir la protection de la rivière Magpie si personne ou presque ne sait qu’elle existe?


Partenaire de la SNAP Québec pour la deuxième année consécutive, le magazine Géo Plein Air est bien conscient de ce défi auquel toute ONG est confrontée. En publicisant nos campagnes et événements, en relayant nos pétitions, en expliquant nos enjeux, Géo Plein Air contribue efficacement à faire passer nos messages auprès de sa large communauté.
Mais pourquoi avoir choisi de se rajouter ainsi du travail?

C’est ce que nous explique dans l’entrevue ci-dessous Nathalie Schneider, rédactrice en chef de ce magazine pas comme les autres.

SNAP Québec : Bonjour Nathalie! Pouvez-vous vous présenter et nous présenter brièvement le magazine Géo Plein Air?

NS : Je dirige ce magazine depuis 14 ans. Géo Plein Air est publié 6 fois par année depuis 27 ans, ce qui en fait le plus vieux magazine spécialisé en plein air au Québec. Il rejoint environ 110 000 lecteurs à chaque numéro. Et il a une présence très affirmée dans toutes les régions du Québec.
Sa ligne éditoriale tourne autour de la pratique d'activités non motorisées, qui célèbrent le lien harmonieux et ludique entre l'homme et la nature qui l'environne.

SNAP Québec : Comment avez-vous connu la SNAP?

NS : Lors d'une expédition organisée sur la rivière Moisie, sur la Côte Nord, par la SNAP. Il s'agissait d'une expédition de sensibilisation à l'importance de protéger cette rivière patrimoniale des menaces de barrage hydroélectrique qui planaient sur elle. Y ont pris part des militants écologistes,  des environnementalistes, des scientifiques, des membres de la communauté innue, mais aussi des artistes engagés.

SNAP Québec : De nos jours les medias s’intéressent peu à l’environnement. Comment expliquez-vous que Géo Plein Air ne suive pas cette tendance générale?

NS : Géo Plein Air n'a jamais envisagé ses prises de positions environnementalistes comme un effet de mode, mais plutôt comme le résultat d'une certitude profonde: la pratique du plein air ne peut survivre sans un territoire protégé de l'exploitation intensive des ressources et de la pollution. Sans nature digne de ce nom, pas de plein air qui tienne! Ça semble une évidence.
Nous n'avons jamais cessé d'aborder les questions liées à l'environnement et nous allons poursuivre dans ce sens.

SNAP Québec : D’après vous, est-ce que cet engagement peut être considéré comme la « marque de fabrique » de Géo Plein Air? D’autres éléments vous viennent-ils en tête pour décrire la particularité de votre magazine?

NS : Il faudrait le demander à nos lecteurs! Une chose est sure: le marketing n'a rien à voir là-dedans!
Un exemple parmi d'autres: nous publions depuis 4 ans une chronique où notre expert en développement durable donne à réfléchir sur les moyens de consommer de façon éco-responsable: équipements, déplacements pour pratiquer les activités, etc. Les amateurs de plein air consomment généralement beaucoup, voyagent à l'autre bout du monde... Il s'agit donc d'identifier les alternatives à privilégier pour atténuer notre empreinte.

SNAP Québec : Parlez-nous un peu de votre prochain numéro, qu’est-ce que les lecteurs pourront y trouver?

NS : Toues les rubriques habituelles, mais aussi des reportages à faire rêver les amoureux de l'hiver: une expé de six jours en traîneau à chiens, des escapades guidées pour «apprendre» la nature, une initiation à un nouveau sport de glisse et, exotisme oblige, le récit d'une aventure lumineuse sur une île grecque en kayak. 

SNAP Québec : Alors, si je vous demande « partante pour le Défi Horizons Sauvages 2015? », que me répondez-vous?

NS : Je vous répondrai : toujours partante pour encourager l'aventure, qui plus est en territoire sauvage, et pour contribuer à sensibiliser l'opinion publique à la nécessité de le faire dans le respect de la nature.


Merci beaucoup Nathalie pour vos réponses et pour l’engagement de Géo Plein Air aux côtés de la SNAP!
Vous nous avez vraiment donné envie d’acheter votre prochain numéro et de nous abonner : pour 28$ l’année, ça vaut la peine!