Le maintien de la biodiversité : un principe à replacer au cœur du développement durable!

Partager

Dans le cadre de la dernière journée de consultations sur le projet de Stratégie gouvernementale de développement durable 2015-2020, Nature Québec et la SNAP Québec ont formulé des recommandations communes dans un mémoire présenté mardi 10 février à la Commission des transports et de l’environnement. Leur principale recommandation est d’intégrer les cibles d’Aichi sur la conservation de la diversité biologique à cette nouvelle stratégie afin :

  • de mieux faire le lien essentiel entre maintien de la biodiversité et développement durable;
  • de se donner des objectifs mesurables;
  • de se positionner comme leader international en matière de développement durable.

>> Cliquez ici pour lire le mémoire dans son intégralité

>> Cliquez ici pour accéder à la page des auditions de la Commission des Transports et de l'environnement et visionner le video du passage en commission de la SNAP Québec et de Nature Québec

La biodiversité, pierre angulaire du développement durable

La SNAP Québec et Nature Québec rappellent que la biodiversité est source de bénéfices dans de nombreux domaines, tous relatifs aux trois piliers sur lesquels repose la notion de développement durable. Pour n’en citer que quelques-uns :
- Au niveau économique, l’accès à l’eau et la production alimentaire en dépendent largement, incluant la fertilité des sols, la pollinisation et la lutte contre les parasites.
- D’un point de vue environnemental, la biodiversité joue un rôle majeur dans l’atténuation des changements climatiques (stockage de CO2, etc.).
- Socialement, la biodiversité produit des bienfaits spirituels, récréatifs et culturels. De nombreuses études démontrent notamment que la présence d’arbres en ville améliore le bien-être, la santé, la productivité et la créativité des citoyens en plus d’atténuer les effets des îlots de chaleur.

La SNAP Québec et Nature Québec incitent donc les décideurs à rompre les idées reçues et à redonner à la biodiversité la place qui devrait lui être conférée : la considérer comme une valeur fondamentale, et sa préservation comme un impératif inhérent à la mise en place d’une véritable stratégie de développement durable.

Se donner des cibles : respecter et surpasser les standards internationaux de conservation

Malgré les critiques du Commissaire au développement durable sur la précédente stratégie gouvernementale de développement durable, la stratégie révisée 2015-2020 demeure un document d’orientation avec peu de cibles permettant de mesurer l’atteinte des résultats. De plus, la présente Stratégie gouvernementale de développement durable s’échelonne sur la période 2015-2020, il est donc important d’y inclure des cibles se rendant jusqu’à cet horizon.
C’est pourquoi la SNAP Québec et Nature Québec recommandent d’intégrer les cibles internationales d’Aichi à la stratégie.

Parmi les 20 cibles d'Aichi, fixées par la communauté internationale en octobre 2010 à Nagoya (Japon), on retrouve la protection de 17 % du milieu terrestre et de 10 % du milieu marin d’ici 2020 (cible 11). Des objectifs sont également en lien avec les causes sous-jacentes de la perte de biodiversité, l’utilisation durable des ressources naturelles et la mise en œuvre d’indicateurs de développement durable ou d’outils de bonne gouvernance : ces derniers pourraient prendre la forme d’évaluations environnementales stratégiques mises en œuvre de façon systématique. Dans l’ensemble, les objectifs visent à changer de manière considérable nos styles de vie, et en particulier notre paradigme de développement.

Le Québec bien placé pour devenir le chef de file international de la conservation

La communauté internationale reconnaît l’Importance de la biodiversité dans la mise en œuvre du développement durable. Il est donc fondamental de l’inscrire au cœur de la stratégie, afin de tendre vers l’excellence en la matière.
Enfin, en tant qu’hôte de la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) dont le siège est basé à Montréal, il est d’autant plus légitime que le Québec montre l'exemple, en prenant les cibles d’Aichi comme un minimum plancher. C’est aussi l’opportunité pour nous de devenir un chef de file international en matière de développement durable.


La campagne Nagoya + est une initiative de Nature Québec et la SNAP Québec. Cette campagne vise à sensibiliser les Québécois à l’importance de notre patrimoine naturel et à inciter les décideurs à se mobiliser pour que le Québec atteigne puis dépasse les objectifs de conservation d’Aïchi, fixés par la communauté internationale en octobre 2010 à Nagoya (Japon).