Les Cris et le rétablissement du caribou forestier : un leadership inspirant

  • Date de publication: 10 12 2011 |
Partager

Je siège à l'Équipe de rétablissement du caribou forestier depuis sa création, il y a maintenant deux ans. Il s'agit d'un comité d'experts provenant de divers milieux au Québec: gouvernement, industrie, universitaires, groupes environnementaux. Notre objectif est clair : voir à ce que le caribou forestier se rétablisse afin qu'il puisse un jour être retiré de la liste des espèces vulnérables du Québec.

Alors, y arrivons-nous ? L'équipe de rétablissement effectue un travail nécessaire, mais c'est un travail de longue haleine. Pendant ce temps, en forêt boréale, l'habitat essentiel du caribou continue de disparaître sous les nouveaux chemins, les coupes forestières, et autres perturbations humaines. L'urgence est criante, et nous sommes encore loin de renverser la vapeur.

Après ce portrait sombre, une lueur d'espoir. Les Cris de la Baie James, depuis longtemps préoccupés par le déclin du caribou forestier sur leur territoire traditionnel (Eeyou Istchee), font preuve d'un leadership qui va bien au-delà des paroles. Les Cris reconnaissent que la menace la plus imminente pour le caribou est la perte de son habitat essentiel: les grands massifs non fragmentés de forêt boréale. C'est pourquoi ils s'opposent à la construction de nouveaux chemins forestiers qui viendraient fragmenter les derniers massifs intacts de la région. C'est aussi pourquoi les communautés de Nemaska et Waswanipi réclament la mise en place d'aires protégées pour Chisesaakahiikan et Mishagomish (secteurs du Lac Evans et de la rivière Broadback, respectivement). Ou encore pourquoi ils dénoncent le refus du MRNF (Ministère des Ressources Naturelles et de la Faune) de rendre public des données critiques sur les populations de caribou d'Eeyou Istchee. Ou enfin la raison pour laquelle ils ont récemment commandé un sondage Léger Marketing qui finalement leur donne raison: les Québécois sont préoccupés par le sort des espèces menacées, dont le caribou, et veulent voir le gouvernement intervenir de façon beaucoup plus importante pour leur venir en aide.

Pendant que plusieurs se contentent de constater le déclin du caribou forestier sans mettre en place les solutions qui s'imposent, les Cris agissent. C'est encourageant, et je suis optimiste pour la suite des choses.

- Patrick Nadeau